Image credit: Olly Stevens / SportsCarglobal.

As we have already reported, this year’s Le Mans Garage 56 entry for innovation will go to SRT41 by Oak Racing who are pushing the bounds of prototype racing by adapting their Morgan-Nissan for Frédéric Sausset, who lost his limbs in 2012 to a bacterial infection.

While he was lying in hospital, trying to come to terms with the vast changes in his life, Sausset, who had never competed as a driver before set himself a goal of competing in the historic 24 Hours of Le Mans endurance race. It was a dream he was aware would sound foolish, yet here we are, in spring 2016 and in less than four years Sausset has taken to the podium numerous times in the VdV endurance series, and now, three months before his debut at La Sarthe, SCG’s newest team member Olly spoke to him and the team as they continue testing their specially adapted Morgan LMP2 prototype.

(Olly’s interview was carried out in French and he has translated it into English. The original French interview is at the end).

SCG :  Taking on driving a race car is a huge step, but to tackle Le Mans is off the scale. What made you decide that this was the right challenge to undertake?

SRT41 : Ever since he was a young boy he has be interested by cars and motorsport. He used to collect toy cars, he loved everything about the sport. After his accident, he chose this challenge because it has always been a childhood dream to do the 24 hours of Le Mans and it would never have happened had he not had his accident.  

SCG :  How have your family taken the decision? Were they all fully supportive or did they have any reservations? 

SRT41 : I cannot talk for the whole family but only for his wife. She has always been there and supportive towards everything he does. The project wouldn’t have gone forth without the support of his wife. They have chosen to go through everything together. On top, his children have always followed everything that he has done. The whole project stays a couple’s project.

SCG : It’s notoriously expensive to race prototypes, have you found that funding has been difficult, or is your goal seen by sponsors as something they can really be a part of?

SRT41 : As a team we have to be realistic, Frédéric had to go and find the sponsors and convince them to come aboard the project. For someone who is not a racing driver and to say that “we are going to do the 24 Hours of Le Mans in two years”, it was hard to visualise, it seemed out of proportion financial and physically. So it was very hard, but he put his heart into it and was convincing enough that Michelin and Total didn’t even hesitate and jumped right in. It wasn’t easy at the start but gradually everyone came and now we are finalising preparation for Le Mans. 

SCG : I guess that the open top format makes it a little easier to get in/out of the car – was that a factor in deciding to tackle this challenge now before the LMP2 cars become closed cockpit? 

SRT41 : Indeed, it was this year or never seeing as there will be no more open cockpit car racing at Le Mans. The open cockpit was fundamental in getting Frédéric to Le Mans and without he would not have been the first and only quad amputee to race the 24 hours. And for the minute there are no plans for next year because we just want to get though this year without any problems. We as a team have also to bear in mind that it takes a lot of energy and hard work from Frédéric. So at the moment we are just concentrating on Le Mans. 

SCG : As the driving has to be shared, what was the biggest difficultly with converting the car for you to use? 

SRT41 : One of the hardest things was everything to do with the administration, making sure that all of the conversions made satisfy and are validated by the administration. For example, it is the first ever endurance car to race with ABS and an automatic gearbox, on top the steering wheel had to be modified. Naturally everyone adapted to Frédéric’s needs. It took a lot of trail runs on different cars and now on the current car everything is falling into place.   

SCG : Thanks for your time and good luck with the testing, we’ll see you at Le Mans!

PR_ELMS_Tues_AM_Pits_01-4

En Français ….. 

Cette année, Frédéric Sausset a obtenu la place du Garage 56 pour les 24 Heures du Mans. Lui et son équipe SRT41 de Oak Racing vont franchir de nouveaux horizons puisque Frédéric a perdu ces membres après une infection en 2012. 

Pendant qu’il était hospitalisé, Sausset, qui n’a jamais piloter une voiture compétitive avant a choisi pour but de faire les 24 Heures du Mans. Au début ce n’était qu’un rêve, mais maintenant nous sommes 2016 et en moins de quatre ans Sausset a eu plusieurs podiums dans la série d’endurance du VdV, et maintenant, trois mois avant son début au Sarthe le nouveau recrut de SCG Olly lui a posé quelques questions pendant les essaies du Paul Ricard.     

SCG : Juste le fait de conduire une voiture de course est quelque chose d’énorme donc faire les 24h du mans est juste inimaginable.  Qu’est-ce qui à fait que vous vouliez entreprendre ce défi?

SRT41 : Depuis tout petit Frédéric a été intéressé par les voitures et le motorsport. Il avait une collection de petites voitures, il adorait tout qui ce ramené au motorsport. Après son accident, il a choisi ce projet parce que c’est un rêve d’enfance de faire les 24 heures du Mans et sans son accident cela n’aurait jamais pu ce réaliser. 

SCG : Votre famille a réagis de quelle manière? Est-ce qu’ils étaient contre l’idée ou est-ce qu’ils vous ont encouragé? 

SRT41 : Je ne peux pas parler pour toute la famille mais en tout cas son épouse a toujours été très encourageant envers tout ce qu’il fait. Ce projet dans lequel il c’est embarqué est tout a fait un projet de couple. Sans l’accord de ça femme le projet n’aurait jamais eu lieu. 

SCG : Le prix de conduire avec un prototype est connu d’être très chère, est-ce que le financement a été dur à trouver, ou est-ce que vous sponsor on été emballé par votre but final?

SRT41 : Il faut être réaliste, Frédéric a dû aller trouver les sponsors pour essayer de les convaincre de rejoindre le projet. Pour une personne qui n’est pas pilote et qui n’a jamais piloté une voiture à un tell niveau et qui dit qu’il va faire les 24 Heures du Mans dans deux ans, cela paraissait inconcevable et démesuré sportivement et financièrement. Ce n’était pas facile, mais il était convaincu de son projet et surtout convaincant c’est pourquoi Michelin et Total n’ont même pas hésité. Le début était très dur mais à fur et à mesure les personnes ont répondu présent et maintenant nous somme en train de finaliser nos préparations pour Le Mans. 

SCG : Je suppose qu’un voiture sans toît facilite l’accès pour vous au véhicule. – Ceci a-t-elle été un grand facteur en choisissant ce défi cette année vu qu’en 2017 les LMP2 seront toutes avec un cockpit fermé?

SRT41 : En effet, c’était cette année ou jamais vu que l’année prochaine les cockpits seront fermé ce qui empêcherait l’accès au véhicule. Étant donné que Frédéric est la première personne quadri-amputé à faire les 24 heures du Mans, la voiture à cockpit ouvert à donc était fondamental pour Frédéric car sans nous ne seront surement pas allés au Mans. Il faut aussi prendre en compte de l’effort physique et énergétique que Frédéric doit supporter. Ceci est pourquoi nous nous intéressons seulement au 24 heures pour le moment.

SCG : Étant donné que la voiture doit être partagé, qu’elle a été la plus grande difficulté en convertissant la voiture? 

SRT41 : Une des choses les plus dure était de faire en sorte que toutes les modifications sur la voiture était validé par l’administration pour l’assurance de la sécurité. Par exemple, cette voiture est la première à avoir l’ABS dessus ainsi qu’une boîte automatique. De plus, nous avons dû changer le volant pour qu’il soit adapté au besoins de Frédéric. Cela a pris beaucoup d’essaies sur plusieurs voiture, mais maintenant tout ce met en place et nous commençant à être près pour les 24 Heures du Mans.  

SCG : Merci pour votre temps et bonne chance avec les essais. À Le Mans.